Tarsnáin

Beauté de la nature

Mon retour à la vie parisienne s’apparente au réveil brutal d’un rêveur en pleine possession de son imaginaire. La petite excursion que j’ai effectuée dans ces montagnes magiques fut l’occasion d’un dépaysement total !

Pour rappel, d’après la carte fournie par Afanc, il s’agit d’un petit massif de faible altitude baptisé Tarsnáin. Ce sont des reliefs enchanteurs couverts, par endroit, d’une luxuriante végétation. Cette profusion végétale m’a ému ; je ne me rendais pas compte du manque que mon âme citadine avait à combler.

Les sommets déchirant un subtil voile de brume m’ont d’abord fait penser à certaines photos que j’avais pu voir du Chili. Mais la température fraîche ne m’a pas fait regretter l’épais manteau emporté dans mes bagages.

Tarsnain
Les sommets perdus dans la brume

J’ai également fait une découverte qui, bien que je m’y sois attendu, a réveillé en moi une certaine prudence. Entre deux pentes légèrement escarpées, j’ai pu distinguer un sentier, preuve d’une présence proche de civilisation. Peut-être mène-t-il au petit village indiqué en contrebas et répondant au nom de « Clan de la Lune ». D’après les lettres d’Afanc, c’est de là que vient l’enfant dont il observe l’épopée.

sentier de montagne
Encore une preuve de la présence d’êtres humains…

Cette histoire a d’ailleurs bien avancé. Le jeune garçon et son ami barde essayent de se créer une vie au sein de la grande cité de Meora. Ils se sont liés d’amitié avec un aubergiste et cherchent toujours à comprendre ce qui arrive à l’enfant.

Je continue à compiler ces écrits et m’attache à en faire une réécriture fidèle mais aussi plus fluide, du moins je l’espère en toute modestie. A ce sujet, je pense qu’il faudra que je fasse, peut-être la semaine prochaine, un petit bilan pour voir où nous en sommes. Cela me permettrait de voir comment structurer le récit.

Cette expérience de plus en plus prenante, exaltante, m’en ferait presque oublier les tracas de la vie. Je mesure chaque jour un peu plus la chance que j’ai d’avoir ce petit secret pour moi tout seul (enfin aussi pour L.) à qui je rends compte le plus régulièrement possible). C’est une bouffée d’air frais, une véritable issue de secours pour échapper au flux grisâtre qui s’écoule inexorablement dans le sablier du quotidien.

Sommets fantastiques
Un véritable bol d’air frais!

2 réflexions sur “Tarsnáin

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s